# Alertes Info
  • Variole du singe: plus de 5.000 cas confirmés par l'OMS Lire la suite...
  • Alpes-de-Haute-Provence: la lavande bientôt classée au patrimoine mondial de l'Unesco? Lire la suite...
  • Surmenage, horaires décalés, peur de l'erreur... Pourquoi le taux de suicide est particulièrement élevé chez les vétérinaires Lire la suite...
  • Hauts-de-Seine: enquête ouverte après deux plaintes pour agression sexuelle contre André Santini Lire la suite...
  • États-Unis: ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins 6 morts dans la banlieue de Chicago Lire la suite...
  • Le pouvoir d'achat : premier défi pour Borne - 05/07 Lire la suite...
  • Communiquer en temps de crise : éviter la casse - 05/07 Lire la suite...
Image

Plus d'armes pour l'Ukraine : le ministre des Armées Sébastien Lecornu reçoit le patron de Dassault

William Molinié 13h20, le 23 juin 2022, modifié à 13h21, le 23 juin 2022

Sébastien Lecornu reçoit ce jeudi à l’hôtel de Brienne, Eric Trappier, le patron de Dassault Aviation. C'est sa première rencontre officielle avec l’industriel. Le ministre des Armées, dans le contexte de guerre en Ukraine, demande aux entreprises de défense d’accélérer les cadences de production. 

Sébastien Lecornu demande des armements disponibles plus rapidement et moins chers, économie de guerre oblige. La semaine dernière, le ministre des Armées a demandé au patron de Nexter, l'entreprise française qui fabrique les canons César livrés à l'armée ukrainienne, de revoir son organisation pour qu'elle soit en mesure d'accélérer les cadences de production.

"Il faut des actes, des signatures"

Aujourd'hui, entre la commande d'un canon César et sa livraison, il faut attendre 18 mois. L'objectif serait d'atteindre la quarantaine d'unités par an, selon un proche du dossier. Dans une logique de production intensive et de carnet de commandes rempli, Sébastien Lecornu souhaiterait aussi, selon les informations d'Europe 1, que les industriels de la défense réduisent leurs marges. "On ne va pas modifier nos organisations actuelles uniquement sur la parole d'un ministre", rétorque un acteur industriel du secteur au micro d'Europe 1. "Il faut des actes, des signatures", poursuit-il.

Un savoir faire particulier

Il faut dire que la plupart des groupes d'armement français doivent bien s'assurer en amont que les fournisseurs et les sous-traitants suivront à la fois en approvisionnement, en matières premières mais aussi en capacités de personnels. D'autant que certaines pièces, des petits bijoux de technologie, sont parfois produites de façon quasi artisanale, tant elles réclament un savoir faire particulier.

Image
Image
+13
°
C
H: +13°
L: +
Paris
Mercredi, 03 Février
Prévisions sur 7 jours
Jeu. Ven. Sam. Dim. Lun. Mar.
+11° +11° +11° +10° + +
+ + + + + +
Image